09 novembre 2010

tice

Intégration des nouvlles technologie dans l’enseignement :

Introduction :

  L'éducation et la formation jouent un rôle stratégique pour les pays désirant satisfaire les besoins de la société de l'information et des nouvelles technologies de l'information et de la communication (TIC [1]). Ainsi, l'école nouvelle occupe une place primordiale dans les politiques adoptées par l'ensemble des pays, et plus spécifiquement ceux en voie de développement. Il ne faut en aucun cas négliger les dimensions éducatives et culturelles relativement aux dimensions économiques ou politiques. C'est dans ce cadre que le curriculum a donné une priorité et une dynamique à l'éducation et à la formation au Maroc afin d'améliorer la compétitivité du secteur tout en profitant de l'ouverture et de la technologie éducative. C'est ainsi que l'introduction des TIC s'impose comme un nouveau paradigme d'enseignement (Barbot, 2003).

   De ce fait, l'intégration progressive de ces techniques pour accompagner les programmes scolaires nationaux représente une étape importante dans la mise en oeuvre de la réforme du secteur de l'éducation. De plus, la mobilisation pour l'intégration des TIC dans l'enseignement doit insister sur le facteur humain en le considérant comme étant le maillon essentiel dans toute mise en oeuvre de politiques et stratégies de développement.

   Les études concernant l'intégration des TIC dans le travail enseignant sont nombreuses. Certaines ont insisté sur le rôle qui peut être joué par les directeurs d'établissements afin de soutenir une intégration raisonnée des TIC dans la pratique enseignante (Isabelle, Lapointe et Chiasson, 2002). D'autres proposent une approche intégrée de la formation aux TIC basée sur le concept de recherche-action-formation [2] (Daele et Deschryver, 2002). Peu de recherches ont ciblé la formation des enseignants et les problèmes liés au transfert de leurs compétences effectives dans la pratique professionnelle ainsi que les obstacles générés par des aspects purement méthodologiques.

2- Pourquoi l'intégration des TIC dans l'enseignement ?

Nécessité pour accompagner l'air international

   Depuis le milieu du 20e siècle, le monde a connu une révolution de connaissance scientifique accompagnée d'une montée en puissance des TIC ainsi que la montée de l'économie de l'information devenue dominante. Devant ce développement, l'École marocaine ne peut rester inactive ni passive devant les implications générées par ce changement dans les modes de production et de transmission de la connaissance.

   Devant ce paysage informationnel impliquant des défis d'ordre politiques, socioéconomiques et éducatifs, le système éducatif marocain se trouve confronté à la nécessité de moderniser et de mettre à profit tous les aspects liés aux TIC. De ce fait, l'intégration de l'innovation dans l'enseignement s'avère une nécessité afin d'assurer une cohérence avec les orientations internationales en vigueur.

Nécessité d'adoption d'une pédagogie nouvelle

   Notre société est de plus en plus axée sur la communication, et l'école est considérée comme un lieu de transmission de l'information mais elle n'est plus isolée comme source possible de connaissance du fait de l'abondance des supports et sources d'information : un questionnement s'impose alors sur la légitimité de l'information diffusée par l'École.

   À partir de ce constat, et dans le nouveau paradigme régi par l'intégration des TIC dans les pratiques enseignantes, l'élève sera toujours considéré comme le noyau de l'opération éducative autour duquel gravitent tous les éléments de l'acte pédagogique. Le professeur n'est plus le détenteur absolu du savoir ni le simple transmetteur de celui-ci, mais il contribue à une construction selon une approche participative qui intègre l'apprenant dans son apprentissage.

   Aussi les technologies contribuent-elles à la mise en place de nouvelles alternatives ouvrant la voie à l'auto-apprentissage par le multimédia, les techniques de communication, de production et de diffusion de l'information contribuant ainsi à une amélioration du rapport au savoir (Perrenoud, 1998 ; Peraya, 2002 ; Karsenti, Peraya et Viens, 2002).

L'ordinateur, un outil incontournable

   L'ordinateur s'est imposé comme outil d'enseignement par excellence du fait des possibilités qu'il offre en matière de réception, traitement et restitution de l'information ainsi que d'autres opportunités relatives à la création et l'exploitation des logiciels éducatifs, ce qui signifie un gain de temps et d'effort pour l'enseignant et l'apprenant. Grâce à ces possibilités, les ressources peuvent être adaptées pour chaque niveau, la présence de l'interactivité (image, son, texte, vidéo) permet de stimuler les capacités innovatrices chez l'apprenant et de briser la routine de l'apprentissage classique.

   Néanmoins, l'enseignement par ordinateur requiert de la part de l'enseignant une description préalable des étapes que l'apprenant doit emprunter pour résoudre un problème, un support pédagogique utile en parallèle ainsi que des renseignements sur les critères d'évaluation de l'apprentissage.

Améliorer et réformer le système éducatif

   L'émergence de la technologie dans les différents secteurs d'activité a ouvert la voie à l'innovation. De ce fait, l'école doit agir activement afin de préparer des acteurs capables de s'adapter aux perpétuels changements régis par la mondialisation. C'est dans cette optique que le Maroc s'est considérablement investi pour la reforme de son système éducatif. Il a ainsi entrepris il y a quelques années le projet GENIE [3] qui vise l'intégration des TIC dans les établissements scolaires afin d'améliorer la rentabilité du système éducatif.

4- Quelle pédagogie pour ce changement vers les TIC dans le système éducatif

   Il faut admettre que les technologies de l'information et de la communication ne se limitent pas uniquement au volet équipement en matériel des établissements scolaires : telle était la vision adoptée par le ministère de l'Éducation nationale durant la première phase de généralisation des TIC sous le projet intitulé GENIE. Mais cette vision s'enrichit de l'adoption d'une méthodologie de travail efficace qui prend en compte de nouvelles approches de l'acte d'enseignement-apprentissage visant la réalisation des objectifs généraux du système. L'approche par compétences demeure le modèle le plus approprié permettant d'accompagner le développement dominé par ces technologies avec toutes les implications qui peuvent en résulter.

   D'autre part, le besoin de changement vers les TIC s'inspire même du curriculum national de l'éducation et de la formation qui dessine, d'une façon plus globale, certaines spécifications relatives à l'École et l'apprenant, d'autres sur l'ouverture du système éducatif sur son environnement socioéconomique et sur les compétences qui développent l'autonomie, la communication, l'expression et la recherche méthodologique de l'apprenant. C'est ainsi que les TIC s'imposent comme maillon fondamental pour l'amélioration de la qualité de l'éducation et de la formation.

Conclusion :

Il faut insister sur le fait que dans ce nouveau paradigme centré sur les TIC, le contenu des formations doit être remis en question et certains aspects méthodologiques doivent être pris en considération. En effet, finalement, le rôle de l'enseignant ne se limite pas à la simple présentation de l'information à l'apprenant. Il doit aussi gérer les ressources numériques et élaborer des scénarios pédagogiques pour assurer une intégration raisonnée des TIC dans l'apprentissage. De plus, il doit contribuer au développement de certaines compétences transversales des apprenants telles que l'organisation, le traitement, la critique, l'exploitation, la production et le partage de l'information. Voici donc le processus informationnel que l'enseignant se trouve dans l'obligation de maîtriser en premier lieu avant qu'il ne réfléchisse à le graver dans les pratiques des apprenants.

   Il parait donc essentiel de poursuivre des recherches pour comprendre comment aider les enseignants en exercice à progresser vers une intégration de plus en plus efficace des TIC et ainsi permettre progressivement aux élèves d'apprendre plus et mieux grâce à ces outils. Dans la même perspective, un programme de recherche visant l'étude des effets de l'utilisation des TIC sur l'apprentissage des matières s'impose.

   Enfin, une nécessité de sensibilisation des enseignants s'impose en terme d'adoption d'une attitude de veille culturelle, sociologique, pédagogique et didactique, pour comprendre de quoi l'école, ses publics et ses programmes seront faits demain. C'est pourquoi les enseignants ne doivent jamais considérer les TIC comme des activités facultatives, superflues, à faire uniquement « lorsque l'on en a le temps » (Perrenoud, 1998).

Posté par sabah G à 15:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur tice

Nouveau commentaire